Escapade à l’Ile de Pâques

23 novembre 2010 à 16:01 | Publié dans Divers, Ile de pâques | Un commentaire


Ubud, le coeur de Bali

3 juillet 2010 à 08:29 | Publié dans Bali | 5 commentaires

Contrairement à toutes les destinations précédentes, Bali a été synonyme de quasi sédentarité. Après 4 nuits à Jimbaran et avant de terminer par 2 nuits à Kuta (no comment c’est nul) nous avons donc posé nos valises à Ubud, au centre de Bali.

Le Sagitarius hotel aura donc fait une bonne affaire avec les Cékankonvaoù mais moins qu’avec certains habitués comme cette américaine qui vient passer 2 mois ici tous les ans. Pour nous, 14 jours seront suffisants pour profiter à fond de la piscine.

Les quelques jours passés avec la Famille Guironnet nous permettent de partager nos tours du monde et nos projets. Les grands causent, les mômes jouent et ça leur fait du bien de profiter de compagnons de jeu différents. Lola ne lâchera pas Marine pendant notre séjour commun.

Ubud est une pépinière d’artistes : sculptures, peintures, tissus, céramiques … On a le sentiment que chaque Balinais est un artiste. Gusti nous explique que ce savoir est transmis dans les familles. Contrairement à d’autres destinations, toute la fabrication des souvenirs achetés par les touristes sont made in Bali. Chapeau !

Stef et les enfants se régalent à déambuler au marché d’Ubud, Charles attend.

Intrigués les premiers jours par des étalages de bouteilles de jus de citron ou de thé, on comprend le troisième jour qu’il s’agit en fait de carburant pour les scooters.

Ubud, c’est aussi la Monkey Forest, l’occasion pour les enfants de rigoler devant le spectacle des singes plongeant et chahutant dans une piscine.

Une balade dans les alentours d’Ubud nous mène dans les rizières dont on ne se lasse pas.

Autre visite proche d’Ubud, le zoo. Pour les enfants, et pour le dragon de komodo. Pour le reste, c’est surtout très très cher. Et totalement « hors jeu » pour Stef et Charles. Après 10 mois passés à admirer les animaux en liberté, on se trouve très mal à l’aise à zieuter des animaux en cage. Et on se dit que c’est la dernière fois. Si on veut voir des lions … on ira en Afrique !

Deux animaux qui ne sont pas en cage et dont on ne se lasse pas, ce sont nos deux grands garçons qui fêtent leurs anniversaires à Ubud. Ouf, les balinais s’y connaissent en pâtisserie. On se régale de gateau au chocolat.

Nos 2 dernières semaines du tour du monde passées à Ubud auront donc été très douces, fleuries, colorées, spirituelles.

Et maintenant … on va où ? Comment çà c’est fini … On rentre ? Non. Si ?

Offrandes, rituels et cérémonies

29 juin 2010 à 01:00 | Publié dans Bali | 4 commentaires

Les offrandes

C’est très certainement ce qui nous vient immédiatement à l’esprit lorsqu’il s’agit d’évoquer notre séjour à Bali : les offrandes.

Chaque jour, les balinais présentent leurs offrandes, en signe de respect et de gratitude envers les divinités, ancêtres, esprits et autres démons vivant sur l’île.

Et c’est tout au long de la journée qu’on les voit déposer au temple, dans les autels familiaux, à l’autel voisin ou devant leur porte, les offrandes confectionnées.

Il s’agit le plus souvent d’un petit panier tressé en feuille de palmier garnie de tiges de bambou, de quelques grains de riz et orné de fleurs.

La disposition de l’offrande est accompagnée d’un cérémonial, de courtes prières et de diffusion d’encens.

Les fleurs

Les balinais aiment également disposer partout des fleurs. Ainsi, chaque matin à l’hôtel d’Ubud, nous assistons au même rituel qui consiste à faire tomber les fleurs toutes fraîches des arbres et les disposer partout dans les jardins et devant les chambres. Un plaisir à regarder.

Les cérémonies

A Bali, la spiritualité est omniprésente. Chaque jour, nous pouvons assister à des prières, des cérémonies ou encore croiser des processions.

Lors de notre séjour, à l’occasion de la pleine lune, nous avons eu la chance d’assister à une cérémonie dans un temple puis une autre sur la plage.

C’est généralement toute une famille ou tout un village qui prie ensemble.

Dès que s’annonce une cérémonie, les hommes, les femmes et les enfants revêtent leurs habits de fête. Pour information, les hommes balinais portent au quotidien leur « turban » et le sarong en signe de respect (envers les autres, envers les dieux).

Les processions sont remarquables. Les hommes portent de grandes ombrelles colorées et des autels.  Les enfants jouent de la musique et les femmes portent de belles pyramides de fruits et de fleurs de toutes les couleurs.

Ces véritables trésors, qui ont sûrement nécessité beaucoup de temps et de travail, ne vivent que l’espace d’une prière. Tout comme l’ensemble des offrandes.

Le temps pour les balinais n’est pas le même que pour nous car leur vie s’inscrit dans un éternel recommencement.

Gusti évoque avec nous la croyance des balinais dans la réincarnation. Après l’âge de 25 ans, la mort est considérée comme simplement physique, l’âme restant  quant à elle en vie. Il nous précise par exemple sentir son propre père décédé, présent en lui.

Après quelques chants, des danses et des moments de recueillement, la prière est suivie d’aspersion d’eau et de distribution de riz bénit que les fidèles appliquent sur les tempes, la gorge et le front.

Tous ces rituels sacrés de la vie quotidienne aident les Balinais à atteindre la plénitude et le bonheur spirituel, l’harmonie et la paix. Chaque famille, chaque demeure, possède son propre temple, souvent sous la forme d’un simple autel.

Ces rituels et cet engouement religieux sont vécus avec  simplicité et se fondent parfaitement dans le quotidien. C’est très apaisant.

Les traditions balinaises

Chaque village a conservé des coutumes qui lui sont propres. Nous avons assisté à une tradition très particulière dans le village de Tenganan dans le cadre de l’Usaba Sambah Festival.

A cette occasion, les hommes du village s’affrontent avec des bâtons enroulés dans les feuilles épineuses du pandanus.

Les combats ne durent que quelques secondes mais sont d’une grande violence puisque l’objectif est de blesser son adversaire en frottant les épines de pandanus sur son corps. Les blessures sont bien réelles.

Ces combats restent malgré tout fraternels et sont l’objet d’une liesse collective. Les sourires sont sur tous les visages. Comme nous l’explique Gusti, les hommes sont heureux de ce « sacrifice », une fois par an.

Nous adhérons difficilement à cette tradition, mais on la respecte néanmoins.

Nous avons beaucoup aimé la façon dont les balinais vivent leur spiritualité et une fois de plus adoré découvrir un culture si éloignée de la nôtre.

En route vers le lac Bratan et les rizières de Jatiluwih

28 juin 2010 à 16:00 | Publié dans Bali | 4 commentaires

Alleluyah, le ciel est décidément avec nous jusqu’au dernier jours de notre voyage car une fois de plus, la météo nous a été archi favorable. Des orages étaient annoncés régulièrement sur Bali et on a su composer avec les averses pour organiser nos sorties. Le temps évolue très vite sur l’île.
Mais le temps s’annonce catastrophique pour notre dernière excursion. Des trombes d’eau s’abattent sur Ubud toute la nuit et notre départ se fait sous de vraies giboulées et un ciel très chargé. Un orage se prépare. On décide quand même d’y aller, après tout, ce n’est que de la pluie.

Après plus d’une heure de route, nous arrivons au lac Bratan et surtout au Pura Ulun Danu Bratan, un joli petit temple situé sur l’eau, dont Stef parle depuis notre arrivée à Bali.
La pluie s’arrête, on profite de cette chance. Le lieu est superbe. On prend notre temps pour profiter du site, puis on retourne vers la voiture.

Et là, un nouveau miracle se produit. Le ciel se dégage légèrement et surtout, le soleil parvient à pointer son nez! Une demi-seconde de réflexion et voilà Stef qui fait demi-tour pour « refaire le match » avec le temple. Elle est aux anges.

Le Pura Ulun Danu Bratan est dédié à Dewi Danau, la déesse des eaux. Temple « hindou boudhiste », il a été fondé au 17ème siècle.
Le meru hindou avec son toit de chaume, les montagnes embrumées en arrière plan, le lac tout autour et les balinais présents sur le site apportent à ce lieu une vraie magie.

La journée s’annonce bien. On prend ensuite la direction de Jatiluwih et ses superbes rizières en terrasse, certainement les plus belles de Bali.

Une petite halte nous permet de profiter de la végétation tropicale de l’île tout en admirant au loin le Gunung Batur et le Gunung Agung.

Nous passons de longs moments à nous promener en voiture à deux à l’heure ou à pieds lors de belles balades. Les paysages sont « ouaaaah ». Le soleil perce à travers les nuages et la lumière sur les rizières est à tomber par terre. On en prend plein les yeux.

Les rizières sont à perte de vue et on prend un plaisir fou à observer les fermiers travailler. Quel pied!

Il est temps de quitter toutes ces cartes postales pour nous diriger vers notre dernier temple balinais, le Pura Luhur Batukau. Ce dernier est situé sur les versants Gunung Batukau et au milieu d’une forêt. On y observe un meru à sept étages consacré à Mawa Dewa, l’esprit gardien de la montagne, ainsi que de sanctuaires dédiés aux lacs Bratan, Buyan et Tambligan.

La lumière commence à décliner. Nous sommes un peu moins sous le charme, même si nous apprécions être seuls sur site, ce qui rend l’atmosphère assez particulière.

Et nous reprenons une dernière fois la route. Gusti nous dépose ce soir à Kuta où nous passons notre dernier jour du tour du monde.

Oui, gloups.

Sur la route de Tirta Gangga

26 juin 2010 à 15:51 | Publié dans Bali | Un commentaire

On a une nouvelle batterie pour notre appareil photo! Charles a profité du départ de la famille Guironnet (oui, encore eux, on va penser à les garder comme amis…) vers l’aéroport pour se rendre à Denpasar et dénicher une recharge compatible avec notre appareil. Ouuuuuuf. On peut finir notre voyage-reportage en toute sérénité.

C’est donc la batterie pleine et l’appareil photo prêt à fumer qu’on prend la route vers l’est de Bali.

Premier stop de la journée à Semarapura (anciennement Klungkung) et son Taman Kertha Gosa. Non, nous ne crânons pas en essayant de parler l’indonésien, ce sont les noms d’ici!

On se balade tranquillement dans les jardins qui entourent le palais, la « salle de justice » et le « pavillon flottant ».

On profite en prime des mélodies proposées par un joueur de gangsa, sorte de gros xylophone et apprend quelques rythmes aux enfants. L’art musical n’a pas réellement d’école, les mélodies sont apprises par cœur et transmises de génération en génération.

Gusti nous propose ensuite un stop dans une fabrique de sarongs. On assiste ainsi à chacune des étapes de fabrication du sarong, de l’assemblage des couleurs au séchage, en passant par l’effilage puis au tissage final. Le travail est minutieux et conséquent. Une journée est nécessaire pour la confection d’un sarong de qualité.
Nous sommes étonnés de constater que de très jeunes garçons et filles sont au travail. Gusti nous explique que c’est ainsi dans les familles les moins aisées. Les enfants vont à l’école le matin puis travaillent l’après-midi ou vice-versa. Les enfants réalisent leur chance.

En chemin, nous retrouvons de belles rizières mais aussi des plants de cacahuètes.

La route empruntée nous permet d’apprécier une belle vue sur le Gunung Agung, le mont le plus haut (3000m) et le plus révéré de Bali. Comme précisé dans tous les guides, ce dernier se trouve effectivement sous la brume.

Nous arrivons ensuite au point le plus à l’est de notre parcours, à Tirta Gangga. Signifiant littéralement « eaux du Gange », le Taman Pura Gangga et son palais aquatique, composé de plusieurs piscines et bassins décoratifs, est un site absolument magnifique. Une chance, le soleil est au rendez-vous et la lumière splendide. Aux alentours du palais, des collines et des rizières à perte de vue.

Les enfants s’en donnent à cœur joie.

Au cours du déjeuner, on pose à nouveau tout un tas de questions et Gusti nous explique le système des castes à Bali. Il en existe quatre qui déterminent essentiellement le rôle lors des rituels religieux ainsi que le niveau de langage à utiliser.  On apprend ainsi que « Gusti » est en fait le nom de la caste qu’il occupe et non pas son prénom. Mais malgré l’usage des titres, l’importance des castes tend à diminuer et le « mérite » prend peu à peu le dessus.

On reprend la route du retour, en contournant le versant sud du Gunung Agung, entre Amlapura et Rendang. On ne se lasse absolument pas de ces paysages de rizières que l’on traverse encore et toujours. On savait qu’on allait en apercevoir mais sans pour autant imaginer qu’elles couvrent autant de surface sur l’île. On s’étonne également du vert intense des rizières comparées à celles plus sèches ou au contraire totalement inondées du Vietnam. Gusti nous confirme que l’absence de réelle sèche saison sur l’île permet aux balinais de cultiver et bénéficier de récoltes tout au long de l’année.

On poursuit notre chemin jusqu’au dernier temple du jour, le Pura Kehen. L’édifice est situé à flanc de colline et au milieu d’une végétation très dense. On y apprécie une nouvelle fois le meru aux onze toits, ainsi que des sanctuaires ornés de trônes pour la trinité hindoue : Brahma, Shiva et Vishnu.

Bizarrement, l’overdose de temples ne se fait absolument pas sentir. Au contraire, la diversité des monuments et leur environnement, mais également le côté « ouvert » des édifices est superbe. Sans pouvoir se l’expliquer, Stef est absolument sous le charme. Charles un peu moins, mais quand même. C’est une ambiance…

On reprend la route et on croise une procession. Une cérémonie, à laquelle on ne peut malheureusement pas assister, va avoir lieu dans un temple tout proche. Une prochaine fois peut-être…

Quelques kilomètres plus loin, on assiste à une autre sorte de cérémonie. Un groupe d’hommes  tue et prépare le le cochon, comme ça, au bord de la route (nous avons choisi de faire soft au niveau de la photo, car c’était assez gore quand même). Ce soir les enfants, c’est jambon!

On s’offre un dernier arrêt avant de rentrer sur Ubud, histoire de déguster le lait de Coco.

Encore une journée bien remplie, on est crevés. Demain, c’est repos.

Page suivante »

Propulsé par WordPress.com.
Entries et commentaires feeds.

%d blogueurs aiment cette page :