De Picton à Haast

24 janvier 2010 à 06:34 | Publié dans Nouvelle Zélande | Un commentaire

Bye bye le nord, welcome to the south island, la plus belle selon la majorité des visiteurs de la Nouvelle Zélande.

Après un séjour à Picton essentiellement consacré à vous donner des nouvelles chers lecteurs, nous prenons la route vers la côte ouest. Pendant que Charles scribouille les articles, Stef Alexis et Lola profitent de Waïkawa, l’un des nombreux ports de plaisance situé au coeur des Marlborough sounds.

La traversée d’Est en Ouest de Bleinheim à Westport est d’abord marquée par de grandes plaines avec des montagnes à l’horizon, puis par un véritable déluge dans la traversée de la forêt et le long de la Buller River.

Si les conditions météo sont effroyables pour rouler, le spectacle d’une multitude de chutes d’eau dévalant les murs végétaux le long de la route est unique.

Puis c’est le début de la côte, nous découvrons la mer de Tasmanie et ses premières plages où nous faisons la rencontre d’un couple de piafs blacks à long bec rouge. Ils crient plus fort que Lola (si si c’est possible !) et sont d’une agressivité surprenante. Ils nous foncent dessus en hurlant et ne changent de direction qu’à quelques mètres de nous. Surprenant !

Une nouvelle pancarte s’ajoute à notre collection, attention traversée de pingouins !

Cette partie nord de la côte allie plages sauvages et montagnes à la végétation luxuriante. Plus de 300 mètres de route sans virage relève ici du miracle… Heureusement notre Mitsubishi Canter tourne comme une horloge malgré ses 180000 km au compteur.

Nous arrivons à Punakaiki dont l’attraction est le site des Pancakes Rocks. Manque de bol, nous sommes à marée basse et le top se situe à marée haute quand les vagues jaillissent dans ces fameux rochers de couches plates successives créées par l’érosion. On réussira quand même à choper un mini jet.

Une pause à Hokitika nous fait constater que d’innombrables troncs d’arbres et branchages sont échoués sur les plages. Peut être le résultat du tsunami de faible ampleur qui a parcouru la côte ouest de l’Ile du Sud quelques jours plus tôt.

On voulait du camping sauvage, on l’a ! Contrairement à ce que nous avait dit l’hôtesse de Rotorua, le camping sauvage dans le sud est bien possible dans les DOC (ministère de l’environnement NZ) campsites. Pour une une vingtaine de dollars nous y passerons la moitié de notre séjour dans le sud. Vue sur lac comprise dans le prix !

Et nous arrivons à la destination principale de la côte ouest, le glacier Franz Joseph. Le chemin qui nous y mène indique une première marque où se situait le glacier en 1735. Nous faisons bien 2 km après cette marque avant d’arriver sur le site du glacier ! Ce dernier n’est pas particulièrement beau, mais la marche qui y conduit est géniale pour les enfants. On doit en effet déchausser plusieurs fois et franchir des ruisseaux d’eau glaciale. Brrr !

Çà  patauge dans la rivière, ça escalade les rochers et pour Paolo ça s’aventure près des gigantesques chutes d’eau.

C’est aussi sur ce site que nous faisons connaissance avec le Kea, un oiseau ressemblant au perroquet qui fréquente les glaciers et montagnes néo-zélandaises.

Après Franz voici  Fox, second glacier que nous ne pourrons voir que depuis le parking puisque le chemin de randonnée permettant d’y accéder est impraticable après les pluies de ces derniers jours…

Pour vous donner un aperçu du résultat de la pluviométrie en NZ, voici la photo d’un ranger s’apprêtant à dégager un panneau enseveli sous les cailloux charriés par la pluie.

Nous reprenons la route vers le sud et avant Haast, Alexis et Paolo se plient à la coutume locale : ériger une petite statue de galets et/ou de bois avec inscription facultative au feutre noir pour immortaliser son passage.

Et c’est l’arrivée à Haast, un point rouge sur la carte routière ce qui est censé représenter une ville,… en vrai c’est un trou paumé, pas un troquet pas une mob, rien… Du reste l’île du sud est quasi déserte en dehors de quelques grandes villes. Il n’est pas rare de voir un  panneau indiquant la dernière station essence avant telle ou telle commune située plus de 100 km plus loin !

Publicités

Un commentaire »

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

  1. coucou!!

    ah quel plaisir de vous retrouver!!
    avec ces vues et infos qui sont tout de même très sympas!! Vous disiez aimer moins la NZ mais finalement, c’et beau! je m’attendais à voir des trucs pas terribles lol

    le périple continue et je suis super contente de prendre de vos nouvelles!
    bisous


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.
Entries et commentaires feeds.

%d blogueurs aiment cette page :