Coromandel

5 janvier 2010 à 14:05 | Publié dans Nouvelle Zélande | 2 commentaires

Dans l’esprit de Stef qui a préparé les programmes de visite de nos différentes destinations, la Nouvelle Zélande, c’est notamment, comme elle l’a lu partout sur internet, la liberté de faire du camping sauvage devant l’océan. Et nous arrivons donc  guillerets et impatients sur la presqu’île de Coromandel, ses côtes, ses plages, … et ses panneaux d’interdiction de camper !!!

On se calme et on persévère profitant en passant des jolis paysages.

On continue à remonter la côte de Thames vers Coromandel Town jusqu’à ce que, finalement, on trouve une aire sans panneau interdit de camper. Il est 6 heures du soir, les enfants profitent de la plage, nous de la vue sur l’océan et on dîne tranquille … jusqu’à l’arrivée de la patrouille. Raouste, dehors, get out, c’est interdit mon bon môssieur, veuillez s’il vous plaît lever le camp. Et là notre enthousiasme jamais démenti depuis le début de notre tour du monde en prend un coup. Nous on veut du naturel, du sauvage, sans compter que 35 nuits de camping à payer en Nouvelle Zélande c’est pô prévu dans l’budget … Et ça nous rend la Nouvelle Zélande moins sympathique. On finit donc tout penaud au camping de Coromandel. Faisant contre mauvaise fortune bon coeur, on se dit que ce sera peut être l’occasion de choper enfin une connexion Wifi pour mettre à jour le blog et communiquer avec nos familles. Las, c’est payant, par carte bancaire donc des frais,  et on a un accès limité en temps, sans parler du fait que la vitesse sera peut etre insuffisante pour envoyer des photos et qu’on est pas sur de pouvoir utiliser Skype. Grrr « Je ne vous jette pas la pierre Pierre, mais je ne suis pas loin de m’agacer ». On se couche donc, agacés. Espérons que la partie ouest de Coromandel, à défaut d’être plus accueillante, sera plus belle.

Le lendemain est donc consacré à l’ouest et à ses deux attractions principales : Cathedral Cove et Hot Water Beach. Pour atteindre la première nous empruntons un chemin de randonnée à travers les Koris, fougères aborescentes géantes et symbole de la Nouvelle Zélande avec le Kiwi (l’oiseau pas le fruit hein).

Après 45 minutes de marche, nous arrivons à la crique de Cathedral Cove qui abrite deux plages de sable blanc séparées par la fameuse cathédrale, un bloc de falaise percé d’un trou en forme de porte de cathédrale gothique. De gros rochers sont plantés dans la mer comme des icebergs.

Des nageurs rejoignent le rocher afin d’y faire le plongeon de leur vie. Paolo et Alexis sont partants au début, Papa évalue le danger et dit non, même pas pour lui. Les enfants boudent d’abord, entrent dans l’eau ensuite et abandonnent aussitôt. C’est froid, c’est profond et le courant est dangereux.

Stef et Lola vont découvrir la seconde plage. Séance photo pour Lola qui fait trempette.

Puis nous reprenons la route vers Hot Water Beach. Les plus brillants anglophones parmi vous ont compris qu’il est question de plage et d’eau chaude… Sur cette plage donc, se trouve sur une largeur de 100 mètres environ des sources souterraines d’eau brûlante dont la chaleur se ressent à même le sol ! Et c’est ainsi que des dizaines de touristes se pressent  chaque jour à l’endroit de ce trésor afin d’y creuser un spa naturel. Après quelques minutes d’inquiétude où on ne ressent rien, nous comprenons qu’il faut attendre que la marée descende car la source est plus bas vers la mer. Les enfants piaffent d’impatience, creusent à la main désespérément quand, enfin, une dame prend Alexis par la main et l’amène à l’endroit tant attendu. Et c’est brûlant ! Incroyable ! C’est au tour de Paolo, Lola, Maman, Papa de poser leurs pieds sur le sable, s’enfoncer de quelques centimètres seulement avant de sentir le sable devenir brûlant !

Et c’est parti pour le jacuzzi ! Les enfants sont invités par des chinois à partager le leur.

Il est déjà 20 heures. Obstinés, Charles et Stef décident de rouler jusqu’à la fin de la presqu’île de Coromandel, bien décidés à faire enfin du camping sauvage. Et effectivement, nous élirons domicile pour une nuit dans une aire de repos. Le lendemain matin, Papa déplacera la maison roulante vers la plage de Waïki pour prendre un petit déjeuner tranquille devant l’océan, les joggeurs et les bambins de l’école de surf.

Publicités

2 commentaires »

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

  1. bon, les fougères ça va, les plages et jacuzzi naturel aussi
    mais où sont donc les kiwis???????????????????
    faute d’animaux, j’accepte les fruits!

  2. Bonne année 2010 à la famille bourget.
    On espère que cette 2ème partie du voyage sera encore plus belle.
    A bientôt.
    Bisous à tous.
    La famille Lelong


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.
Entries et commentaires feeds.

%d blogueurs aiment cette page :